Attentes du collectif de défense de l’offre de soins Nord Deux – Sèvres.

1 - Le collectif demande la mise en œuvre immédiate des dispositions du projet d’établissement de 1997 qui sont restées en souffrance

Certaines de ces dispositions correspondent à des besoins réels et n’ont toujours pas été mises en œuvre.(rénovation de la psychiatrie, rattachement du secteur de Parthenay avec transfert des moyens afférents, pôle de référence de cardiologie à Thouars, SSR à Parthenay, structure d’accueil des autistes et CATTP-hôpital de jour de psychiatrie à Thouars).

Nous demandons leur réalisation de manière prioritaire et cohérente dans le volet d’organisation à court terme, en cohérence avec le plan de restructuration à long terme

2 - Le collectif, depuis sa création préconise la recherche des dysfonctionnements éventuels et le développement de l’activité mais il n’a, à ce jour, pas été entendu.

Sur la recherche des dysfonctionnements nous demandons :

Ces demandes ont été présentées en réunions publiques et reproduites par la presse à différentes reprises. Elles ont également été formulées auprès du président du CA et de la mission d’audit qui les a répercutées selon des modalités qui lui sont propres. Elles appellent les précisions suivantes :

21 – Les coûts de fonctionnement

Ils ont été dénoncés à maintes reprises par la direction comme étant trop élevés mais souvent sur des bases temporaires démenties quelques mois plus tard et parfois sur la foi de présentations fausses , pour ne pas dire dolosives.

Ils ont toujours été cantonnés à une présentation globale. Une étude plus fine s’impose. Ils doivent être analysés par spécialités médicales et par sites pour en comprendre l’origine et rechercher les solutions. Toute autre démarche ne peut être que partisane.

Par ailleurs, seule la connaissance précise du détail de l’activité et des coûts permettra de faire, pour toute modification de l’organisation actuelle, des prévisions crédibles dans le cadre de la TAA.

22 – les transferts inter-sites Nord Deux-Sèvres

Pour certaines pathologies, les transferts inter-sites qui auraient dû normalement découler de la fusion n’ont pas lieu ou ne surviennent que contraints et forcés.

Le collectif demande que toutes les dispositions soient prises dans les meilleurs délais pour qu’une véritable complémentarité se substitue à la logique de rivalité interne qui prévaut encore à l’heure actuelle chez certains et que soit développée une culture d’entreprise NDS. Si nécessaire, des mesures de rétorsion doivent être envisagés et appliqués parce que l’intérêt général doit prévaloir sur les intérêts particuliers.

23 - Dossier patient

Les dysfonctionnements constatés sont nombreux:

Ce dossier, essentiel pour une description précise et complète de l’activité de soins, a une incidence directe sur le suivi des patients, la pertinence des soins et le financement de l’établissement du fait de la TAA. Au mieux, il ne sera opérationnel qu’à la fin de 2005, ce qui autorise le doute sur la fiabilité des informations relatives à l’activité recueillies selon le dispositif en vigueur actuellement.

Là encore la saisie d’activité médicale qui en découle n’est ni fiable ni complète ce qui est préjudiciable à l’établissement en terme d’image et de financements.

Un dossier commun est en cours d’élaboration sous la conduite de Mme Berthélémy, médecin DIM.

Calendrier prévu :

Avril -juin 2005 : tests du dossier,

Septembre 2005 : règles de transport et d’archivage

Octobre 2005 : étude des besoins liés à l’archivage vivant

Décembre 2005 : évaluation de l’utilisation, de la circulation et de l’archivage.

Il ne sera pleinement efficace que s’il est entièrement informatisé et assorti de procédures d’exploitation claires et complètes. Rien ne semble prévu dans ce sens.

 

3 - Le plateau technique unique correspond à un regroupement des activités de MCO sur un seul site. Il faut s’interroger sur les risques de fuites qui peuvent en résulter.

A ce sujet les statistiques d’activité sont révélatrices.

 

Evolution du nombre des ENTREES

 

1999

2000

2001

2002

2003

2004

evol 04/99

Bressuire

8528

9298

9619

9360

9080

9342

10%

Parthenay

1602

2593

2941

2891

3118

2780

74%

Thouars

5757

6997

7393

8119

8297

9079

58%

Ensemble

15887

18888

19953

20370

20495

21201

33%

visc-uroOrtho P + T

2277

 

 

 

 

 

 

total

18164

18888

19953

20370

20495

21201

17%

 

Evolution du nombre des JOURNEES

 

1999

2000

2001

2002

2003

2004

evol 04/99

Bressuire

36577

36597

37265

34318

31404

34536

-6%

Parthenay

12979

13485

14525

14796

15157

14715

13%

Thouars

31026

36786

37923

39498

40898

40946

32%

Ensemble

80582

86868

89713

88612

87459

90197

12%

visc-uroOrtho P + T

5259

 

 

 

 

 

 

total

85841

86868

89713

88612

87459

90197

5%

L’examen de ces statistiques d’activité montre que :

L’examen de l’évolution du nombre de journées d’hospitalisation conduit au même constat.

4 -Le plateau technique unique est présenté comme étant la seule solution pour l’avenir.

En admettant que cela soit vrai, la réalisation d’un tel équipement prendra au minimum 5 à 7 ans et ne résoudra rien si d’ici là des dispositions ne sont pas prises pour assurer le maintien, voire le développement de l’activité.

Dans cet esprit, en nous appuyant notamment sur l’étude de l’attractivité 2003, nous formulons à nouveau, par spécialités médicales, des propositions applicables à court terme, et le cas échéant reconductibles sur le long terme sans préjuger de l’organisation future des soins, en espérant que le comité stratégique et le CA se donneront la peine de les étudier.

41 - Chirurgie orthopédique et gynécologie

 

Orthopédie

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux fuite

Bressuire

1705

645

1060

62%

Parthenay

1220

315

905

74%

Thouars

1332

390

942

71%

Nord D-S

4257

1350

2907

68%

 

Gynéco

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

466

234

232

50%

Parthenay

366

60

306

84%

Thouars

340

181

159

47%

Nord D-S

1172

475

697

59%

 

 

 

obstétrique

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

1047

705

342

33%

Parthenay

622

158

464

75%

Thouars

538

270

268

50%

Nord D-S

2207

1133

1074

49%

 

Les taux de fuite sont supérieurs ou égaux à 50 % en orthopédie et en gynéco-obstétrique. Dans ces spécialités regroupées, le regroupement a généré d’importantes fuites de clientèle. Cette situation perdure depuis 1997.

La rénovation du site de Bressuire n’a pas entraîné d’amélioration sensible. Les reconquêtes de clientèle attendues sur Thouars et Parthenay n’ont pas eu lieu. Les objectifs d’activité, pourtant validés par les PH de ces spécialités, n’ont pas été atteints. Le lien entre PH et médecins libéraux est distendu.

Les consultations avancées, présentées comme une réponse adaptée aux besoins sur les sites de Parthenay et Thouars fonctionnent mal et ne donnent pas satisfaction.
Il est impératif de faire un bilan contradictoire de ces regroupements et, en tout état de cause d’aboutir à une organisation plus rigoureuse des consultations avancées dans toutes les disciplines de telle sorte qu’elle engage les PH et qu’elle garantisse :

une meilleure gestion des rendez-vous (plages horaires élargies et respectées)

une réduction des temps d’attente imposés aux patients,

un respect, sauf cas de force majeure, des jours et des horaires de consultation annoncés.

42 - Urologie et pneumologie

Urologie

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

610

192

418

69%

Parthenay

465

94

371

80%

Thouars

413

259

154

37%

Nord D-S

1488

545

943

63%

 

Pneumo

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

581

286

295

51%

Parthenay

456

188

268

59%

Thouars

427

276

151

35%

Nord D-S

1464

750

714

49%

 

Les indicateurs d’activité en urologie et en pneumologie plaident pour un renforcement de l’offre dans les trois villes. Celui-ci pourrait être envisagé sur le modèle de ce qui a été mis en place en gastro-entérologie et qui fonctionne bien.

43 - ORL et ophtalmologie

ORL

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

432

80

352

81%

Parthenay

266

35

231

87%

Thouars

230

109

121

53%

Nord D-S

928

224

704

76%

 

Ophtalmo

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

378

7

371

98%

Parthenay

482

5

477

99%

Thouars

320

103

217

68%

Nord D-S

1180

115

1065

90%

 

Dans les 2 dernières spécialités les carences de l’offre correspondent à un déficit de praticiens libéraux. L’équipement adapté d’un des sites et sa mise à la disposition des médecins de ces spécialités permettraient peut-être des recrutements. Les besoins existent, la clientèle potentielle aussi. Il nous paraît indispensable d’afficher une volonté claire dans ces deux domaines et de tenir les engagements si une ou des opportunités se présentent.

44 - Chimiothérapies

Le CHU de Poitiers adresse au CHNDS des patients dont la prise en charge est coûteuse et non financée ce qui pose un problème de continuité des soins dés lors que le budget de fonctionnement est déficitaire. Pourtant, di la prise en charge thérapeutique est incomplète ou interrompue il y a risque de mise en danger de la vie d’autrui et problème de non-assistance à personne en danger.

Nombre de patients

 

J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

2003

20

12

20

15

14

12

20

17

19

33

18

22

2004

25

28

28

27

28

28

37

41

41

41

53

nc

Le nombre moyen de patients est en augmentation de 80 %

2003

19

2004

34

Le nombre de cycles de chimio a progressé de 90 %

2003

200

2004

380

Rien malheureusement ne laisse présager qu’une telle évolution puisse s’inverser à brefs délais. Par ailleurs, selon le " panorama de la santé 2005 – URCAM Poitou-Charentes " il faut envisager la survenue probable d’au moins 600 nouveaux cancers par an sur le Nord Deux-Sèvres (375 hommes et 225 femmes). Ces perspectives mettent en évidence la nécessité de structurer sur le Nord Deux-Sèvres, en lien étroit avec le CHU de Poitiers, le renforcement des dispositifs de dépistage, de traitement et de prévention en cancérologie , avec des personnels et moyens adaptés aux besoins.

 

45 - Cardiologie

Cardio

NDS

Chnds

Hors chnds

Taux de fuite

Bressuire

893

419

474

53%

Parthenay

739

229

510

69%

Thouars

833

577

256

31%

Nord D-S

2465

1225

1240

50%

 

En cardiologie, les taux de fuites sont très élevés pour les actes chirurgicaux mais ceux-ci dans leur très grande majorité ne sont pas assurés sur le Nord Deux-Sèvres.

Exception faite du secteur de Thouars, ils sont également élevés pour les actes médicaux . Il existe là un gisement potentiel d’activité qui ne peut que croître du fait du vieillissement de la population et qu’il convient d’exploiter. Le renforcement des coopérations des secteurs de Bressuire et Parthenay avec le site de Thouars doit être envisagé, de même que l’étude de la possibilité de réaliser les coronarographies sur ce site spécialisé, ce qui limiterait les fuites et augmenterait son attractivité aussi bien en terme de recrutement de praticiens que de clientèle.

46 - Anatomo-pathologie.

Il n’existe pas de laboratoire de ce type actuellement. Le CHNDS est dans l’obligation de recourir à un laboratoire privé éloigné.

L’implantation d’un service d’anatomopathologie devrait être étudiée au titre des mesures nouvelles 2006. Auto - finançable sur les dépenses de recours à un laboratoire privé existant actuellement elle réduirait, au bénéfice des patients, les délais importants de réception donc d’exploitation des résultats.

Sur le plan des coûts, on est en droit de penser que comme pour les analyses de laboratoire à Parthenay, une solution interne au CHNDS serait nettement moins onéreuse et d’autant plus intéressante que l’activité progresse. Cette option doit être envisagée et étudiée.

47 - Rééducation fonctionnelle

Le CHNDS doit également se doter d’un service de rééducation fonctionnelle orienté notamment vers la prise en charge des traumatismes les plus lourds et dissocié des lits de soins de suites dont un minimum est indispensable sur chaque site pour répondre aux besoins de la population.

48 - Psychiatrie

La restructuration de la psychiatrie et la réalisation d’une structure d’accueil des autistes, votées et validées par la tutelle doivent être entreprises et le rattachement du secteur de Parthenay réalisé pour garantir la pérennité de ce service.

Pour le collectif ces propositions de court terme doivent s’inscrire dans une stratégie globale de reconquête de clientèle dans les zones présentant les taux de fuites les plus élevés, stratégie incluant une meilleurs adaptation des locaux et des services d’accueil des urgences à leur mission et au recul progressif de la médecine libérale dans ce domaine, avec possibilité de recueillir au sein de l’hôpital les avis spécialisés nécessaires par le biais de la télémédecine.

Améliorer l’attractivité et l’efficacité de la structure à court terme est un impératif pour assurer sa pérennité.

5 – Place du Nord Deux –Sèvres dans le SROS 3

Compte tenu de la population desservie, de la configuration du département et du niveau d’activité du CHNDS le Nord Deux –Sèvres doit être explicitement reconnu territoire de plateau technique dans le SROS 3

6 – Stratégie à long terme

 

Les mesures proposées, quelles qu’elles puissent être, devront tenir compte de l’ensemble des contraintes pesant sur le CHNDS et fournir tous les éléments d’appréciation s’y rapportant, savoir :

Contrairement à la démarche antérieure, les différents scénarios envisageables devront être étudiés de manière exhaustive. Ils devront mettre en évidence, de manière crédible, les améliorations et les inconvénients qui résulteront des hypothèses envisagées par rapport à l’existant pour permettre des choix motivés par d’autres arguments que les pressions de l’ARH ou les attentes égoïstes de quelques-uns.

Les priorités affichées doivent être l’amélioration de l’offre de soins et l’égalité d’accès aux soins, conformément aux exigences exprimées à différentes reprises par les élus et la population.

Les choix ne peuvent en aucun cas être dictés ni par " l’urgence administrative " ni par les a priori de l’ARH. Compte tenu des enjeux en terme de santé publique et d’aménagement du territoire, les membres du CA du CHNDS doivent être en mesure d’apprécier toutes les conséquences des décisions à prendre d’autant que leur responsabilité personnelle peut s’en trouver engagée, y compris sur le plan pénal.